J'ai 25 ans et je n'ai jamais vu un mort 

Genre :
Documentaire
Durée :
52'
Format :
4/3 couleur et Noir et blanc
Année :
1994
Auteur - Réalisateur :
Ludovic Vieuille
Producteur :
Ludovic Vieuille
Partenaires :
IAV
Distribution :
ADAV / COLACO / CVS
Edition DVD :
Girelle Production
Festivals / prix :
LUSSAS 95 : Sélection française, Etats Généraux du film Documentaire. - Achat du C.N.C. Fond "Images de la Culture" 1996. - Prix de la réalisation en Formation Audiovisuelle, Festival "Traces de vies de Clermont Ferrand 95 - Mention spéciale du jury, 3ème Festival Ciné-Vidéo Psy d'Auxerre 96 - 2ème Festival International du film VIH & Sida Vidéothèque de PARIS (1995) et de Luxembourg - 19ème Festival du film Psy de Lorquin (1995) - 7èmeFestival International Vidéo- Santé de Montréal(1995) - Festival Bandits-Mages de BOURGES (Juin 95)- Vidéothèque de la Fondation de France.

Résumé:

Ce film est une enquête sur le statut de la mort au quotidien dans notre société. A travers des entretiens avec des personnes plus ou moins confrontées au problème de la mort, nous partageons leurs expériences, leurs degrés d'implications personnelles, volontaires ou professionnelles.

La mort est un sujet tabou en Occident, et le silence qui l'entoure a de dramatiques conséquences pour les mourants et leurs proches, comme pour ceux qui les accompagnent à titre professionnel. Ludovic Vieuille rompt ce silence en interrogeant des personnes d'âges et de milieux différents. Leurs réflexions donnent des éléments pour mieux appréhender la mort et donc, mieux vivre.
Ici, on dénonce les non-dits et l'hypocrisie, comme la morgue que l'on appelle pudiquement amphithéâtre" dans les hôpitaux. Le vécu prédomine et permet de poser certaines questions : quels sont les différentes manières d'approcher la mort ? La peur, la fuite, la confrontation ? Que représente la vue d'un cadavre ? Qu'est ce que le deuil dans une société où l'église est sclérosée ? L'un trouve une réponse dans des rituels qui lui ont permis de pleurer la mort de son ami. Chacun a sa manière d'accompagner un mourant, mais aucun de nous n'est préparé à cet acte. Les infirmiers n'ont ni le temps ni la formation nécessaires. Tous les témoignages convergent vers la nécessité d'en parler, de confronter les expériences ; la mort serait alors plus sereine pour tous. Un hymne à la vie !

© Nathalie Magnan - CNC - Images de la culture

Quelques références :

Productions


Multimédia